lundi 2 avril 2012


La science en région

ou les aventures de la « tite » Sylvie de Baie-Comeau


Cette année, pour soutenir l’implantation du programme de sciences en formation de base diversifiée (FBD), j’ai été invitée à accompagner notre conseillère pédagogique à la rencontre des responsables de soutien pédagogique du mois de mars dernier. J’ai assisté à plusieurs ateliers où l’insistance sur le changement de pratique est nécessaire pour réussir l’accompagnement en apprentissage et pour réussir l’évaluation. J’ai finalement pris conscience que la science avec l’esprit de la réforme doit commencer en formation de base commune (FBC).

En région, tous les sigles de mathématique et de science à suivre dans une même classe par une seule ressource, rendent difficile l’intégration de la réforme sans l’utilisation d’un système d’apprentissage et de suivi individualisé, et sont des contraintes liées à l’organisation scolaire en FBD. En effet, nous supposons qu’à ce niveau (FBD), une autonomie est déjà acquise de la part des élèves.

Par contre, le portrait de la clientèle qui fréquente présentement la FBC n’inclut aucun cheminement scientifique dans leur passé scolaire au secteur des jeunes. Trop souvent, l’offre de service déployée dans les centres ne propose pas les sigles de la science et de la technologie développés pour la FBC. Alors, qu’adviendra-t-il de cette clientèle lorsqu’elle sera intégrée à des groupes de FBD où le ratio est plus grand et l’accompagnement d’une réalité très différente de celle de la FBC?

Sur le chemin du retour, Claudine et moi étions confinées dans la voiture pendant près de 6 heures. Évidemment, nous avons eu le temps de discuter de ces constats suscitant une profonde réflexion et faisant émerger une idée de solution, c’est-à-dire, une initiation à la démarche scientifique en FBC sous forme de capsules.

J’ai donc commencé à donner ces capsules d’environ 90 minutes, parlant du corps humain, de la physique, de la chimie, des insectes et des sujets scientifiques où les élèves de la FBC doivent se questionner afin de vérifier des hypothèses pour arriver à une conclusion. Le plaisir est de constater que les étudiants en redemandent!

Je n’ai rien inventé et je m’amuse follement!
À suivre…

Sylvie Lévesque, enseignante
Accompagnée de Claudine Jourdain, conseillère pédagogique, conductrice et oreille attentive.

mardi 24 janvier 2012

L'analyse vidéo pour l'enseignement

Pour faire suite à l'article La physique et Angry Birds, j'enteprends une série d'articles sur les différentes utilisations possible de l'analyse de vidéo en formation générale des adultes. Dans cet article, je présenterai l'analyse vidéo comme étant un outils didactique permettant dans un premier temps de faire des démonstrations en classe et dans un deuxième temps pour aborder des résolutions de problème en groupe.

Ces deux utilisations permettent à l'enseignant de présenter le logiciel d'analyse et ses fonctions aux étudiants. De plus, étant donné que ces modes de travail ne demande qu'un ordinateur avec projection sur écran, il permet à l'enseignant de se familiariser avec le matériel avant son utilisation par les l`élèves lors d'une activité pédagogique de l'analyse de vidéo.

Voici deux exemples de vidéo qu'il est possible d'utiliser pour des démonstrations en classe.



Il existe de nombreux sites où vous pouvez trouver des vidéos qu'il est possible d'utiliser en classe. En voici quelques uns:
Si vous ne trouvez pas ce que vous chercher, sachez que vous pouvez réaliser vos vidéos simplement avec un caméscope, une webcam ou simplement  un appareil photo qui permet l'enregistrement vidéo. Assurez vous de filmer perpendiculairement au mouvement pour éviter la distorsion et prévoyez un objet dont vous connaissez la grandeur pour calibrer le logiciel.

Un exemple : le déplacement d'une bille
Télécharger le fichier zip contenant la vidéo et le fichier Tracker. Vous devez avoir le logiciel Tracker (libre et gratuit) d'installer sur votre ordinateur ou le lancer depuis votre navigateur.

La vidéo:


Quelques questions...
  • Quel aspect à le graphique de la vitesse en fonction du temps?
  • Quel est la vitesse moyenne ?
  • Quel sont les vitesses instantanées?
On passe à l'analyse...
Tutoriels pour le logiciel Tracker
  • Ouvrir le logiciel Tracker
  • Importer la vidéo
  • Calibrer la vidéo
  • Positionner le système d'axes

  • Créer l'objet bille
  • Pointer (shift-clique) sur chaque image la position de la bille (le graphique de la position-x en fonction du temps se construit automatiquement)

Analyse du graphique
  • Clique droit sur le graphique et choisir analyser
  • Cocher la case Fit et afficher le coefficient de corrélation (R squared)

 Ce que l'on peut constater en regardant le graphique
  • La bille se déplace à vitesse constante car l'équation linéaire correspond à notre nuage de point (coefficient de corrélation de ,999)
  • En regardant les paramètre de l'équation, on trouve que la vitesse est de 0,54 m/s (cela parce que nous avons calibré la vidéo en m)
  • la vitesse constante est égale à la vitesse moyenne soit 0,54 m/s
  • Les vitesses instantanées sont très proche de la vitesse moyenne. Il est possible de connaitre les vitesses instantanées à chaque point. Pour cela, il suffit de cocher la case Slope (pente) et passer le curseur sur les différents points.
Les démonstrations classiques comme celle vue ci-dessus sont certes intéressantes mais l'analyse vidéo et l'accès à la vidéo sur le web permet l'analyse et la réflexion sur de nombreux sujets. En voici, un exemple:




Un exemple de démarche...
  • Présentation de la vidéo aux élèves.
  • Quelle est la vitesse de la voiture qui a un accident ? 
  • Entreprendre une démarche de résolution de problème en discutant avec les élèves 
  • Faire l'analyse de la vidéo avec le logiciel Tracker en fonction des interventions des élèves
  • Se questionner sur les résultats obtenus et ajuster au besoin.
  • Quelle est la marge d'erreur? Quels sont les facteurs qui ont une influence sur vos résultats?
Une petite information en passant, il s'agit d'une Chevrelet Impala.

Télécharger le fichier zip contenant la vidéo et le fichier Tracker.

Vous obtenez quelle vitesse... laissez votre réponse dans les commentaires.

Amusez-vous :)



lundi 23 janvier 2012

L’expérimentation assistée par ordinateur (ExAO) en formation générale adulte (FGA)


Les nouveaux programmes d’étude en science et technologie proposent une approche différente des anciens programmes. Celle-ci tente de répondre aux critiques souvent formulées durant les dernières années voulant que le programme d'enseignement de la science ne soit basé que sur la transmission de connaissances. Le nouveau programme préconise une approche par compétence soutenue par une pédagogie constructiviste où l'adulte est actif dans son apprentissage. À ce sujet, la Commission des programmes d'études (1998) soutient que si les élèves sont habitués à l'école, à s'engager dans des débats et des tâches collectives de résolution de problèmes en science et en technologie, ils seront mieux outillés pour participer à la vie démocratique et pour s'engager dans des actions qui concernent la maitrise de leur environnement physique et social. Ces arguments sont d’ailleurs repris par les programmes d’étude dès la page trois.

Pour développer ces compétences, les auteurs des programmes proposent d'aborder les contenus notionnels par le biais de situations d’apprentissage signifiantes, ouvertes et complexes. Les situations d’apprentissage orientent la construction et la mobilisation des connaissances ainsi que le développement des compétences disciplinaires et transversales. Liées à un contexte, elles présentent soit un problème à résoudre ou une problématique à traiter. Elles comportent une ou plusieurs tâches donnant lieu à une production déterminée.

mardi 17 janvier 2012

La physique et Angry Birds

Suite à la lecture d’un article du magazine Wired the physics of Angry Birds qui traite de l'analyse des concepts physiques utilisés dans le jeu Angry Birds, je me suis questionné sur la possibilité d’utiliser ce genre d’exercice en contexte pédagogique. Dans l'article, l'auteur montre comment il s'y est pris pour répondre aux questions suivantes:
  • Est-ce que l'oiseau rouge à une vitesse horizontale constante?
  • Est-ce que l'oiseau rouge à une accélération verticale constante?
Au passage, il en profite pour déterminer la hauteur du lanceur et la grosseur de l'oiseau.


Premièrement, j'ai tenté de reproduire ce qui est expliqué dans l'article pour en déterminer la faisabilité en classe de FGA. Cette partie fut très rapide le logiciel utilisé est d'un simplicité étonnante. Pour le bénéfice du lecteur unilingue francophone, je reproduis, ci-dessous, ma démarche. Deuxièmement, dans un prochain article, je vous présenterai quelques possibilités d'utilisations en FGA qui me sont venues lors de mon appropriation.